BMW prend le contrôle de sa JV Brilliance en Chine

DCIM101MEDIADJI_0651.JPG

BMW a reçu une licence commerciale des régulateurs chinois pour augmenter sa participation dans sa coentreprise chinoise (JV) avec Brilliance China Automotive Holdings. Une façon d’accélérer et de renforcer l’investissement sur un marché en plein rebond.

Assouplissement chinois

Cette décision fera de BMW Brilliance Automotive le premier producteur de véhicules à combustion interne en coentreprise avec une participation étrangère supérieure à 50% en Chine après que les autorités chinoises ont supprimé les restrictions sur les investissements étrangers dans le secteur à partir du début de cette année. En avril 2018, le gouvernement chinois a publié un calendrier pour l’ouverture du secteur automobile national, supprimant les plafonds de propriété étrangère pour les fabricants de véhicules à énergie nouvelle en 2018, pour les fabricants de véhicules utilitaires en 2020 et pour tous les constructeurs automobiles en 2022.

Bientôt 20 ans de joint-venture

Le 27 mars 2003 BMW et Brilliance Auto ont formé une coentreprise afin de produire des voitures BMW pour le marché chinois, le constructeur allemand détenant une participation de 50%, Brilliance Auto 40,5% et le gouvernement municipal de Shenyang 9,5 %. La première BMW fabriquée en Chine, une BMW 325, a été vendu en octobre 2003.

Suite à la décision des autorités chinoises, BMW a annoncé début octobre 2018 qu’elle prendrait le contrôle de sa principale JV en Chine. Ainsi, Brilliance China devrait recevoir près de 28 milliards de yuans (4,41 milliards de dollars) en espèces de BMW d’ici le 22 février conformément à l’accord de transfert d’actions. BMW sera alors propriétaire du capital à hauteur de 75 %.

Dès vendredi, la prolongation du contrat de JV, qui durera jusqu’en 2040, est également entrée en vigueur. Dans un communiqué séparé, BMW a déclaré que l’usine BMW Brilliance dans le district de Dadong à Shenyang subit une expansion complète et qu’une toute nouvelle usine est en cours de construction dans le district de Tiexi de la ville. L’année dernière, un total de 846 237 véhicules BMW Group ont été livrés aux clients du marché chinois (+8,9 % par rapport à 2020). En 2021, BBA a produit plus de 700 000 véhicules BMW, avec environ 23 000 employés.

« Aujourd’hui marque une étape importante, alors que nous continuons à étendre notre engagement de longue date et fructueux envers la Chine. Nous croyons fermement que notre succès continu sur le plus grand marché automobile du monde ne peut aller de pair qu’avec la croissance et le développement de notre coentreprise BBA. Le contrat de coentreprise a été prolongé jusqu’en 2040 et jette les bases d’un succès commercial durable, créant croissance et prospérité dans la province du Liaoning et au-delà », a déclaré Oliver Zipse, président du conseil d’administration de BMW AG

BMW utilisera la capacité supplémentaire pour fabriquer des modèles pour le marché chinois, a indiqué la société, notant que le transfert de capital est le résultat de l’assouplissement par la Chine des restrictions sur les investissements étrangers dans l’industrie automobile.

Un défi pour les marques nationales

D’autres constructeurs automobiles étrangers ont également créé des usines en propriété exclusive ou augmenté leurs participations dans leurs coentreprises chinoises. Par exemple, Tesla est le premier fabricant de véhicules électriques à capitaux entièrement étrangers en Chine. En 2020, Volkswagen a pris le contrôle majoritaire de sa coentreprise de voitures électriques, connue sous le nom de JAC Volkswagen.

« Dans une certaine mesure, BMW a créé un précédent pour les constructeurs automobiles JV pour ajuster leurs participations, qui seront suivies par d’autres entreprises », explique un analyste du marché. « Certains changements peuvent avoir lieu dans l’industrie automobile nationale, et la clé résidera dans la contribution et la capacité de chaque partie dans les coentreprises. »

Au cours des deux dernières décennies, les coentreprises ont été le courant dominant du secteur des voitures particulières en Chine. Mais ce modèle a été confronté à des défis croissants ces dernières années. Au cours de la transformation vers les voitures intelligentes et électriques, la flexibilité est devenue une exigence essentielle pour les constructeurs automobiles, mais le processus de prise de décision est lent dans la plupart des Joint-Ventures, les deux parties détenant 50% des parts.

Les constructeurs automobiles étrangers investissant davantage sur le marché chinois, les constructeurs automobiles nationaux devront faire face à une concurrence plus féroce, et ceux qui seront non compétitifs risqueront d’être progressivement marginalisés, d’autant plus que le nombre de marques a augmenté de manière exponentielle ces dernières années.  Selon les experts, la Chine veut  introduire la concurrence dans le secteur automobile, afin d’inciter les entreprises nationales à accélérer l’innovation et l’investissement pour devenir les leaders de l’automobile en Chine.

La production et les ventes de véhicules en Chine ont augmenté de 3,4% et 3,8% pour atteindre respectivement 26,08 millions et 26,28 millions en 2021, selon les données de l’Association chinoise des constructeurs automobiles, mettant fin à une séquence de trois années de chute.

source : BMW

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*