Essai DS 9 E-TENSE 250 Rivoli : Salon Français

La DS 9 est la grande berline du constructeur français, à ne plus confondre avec Citroen car DS est maintenant une marque à part ayant comme ambition de proposer une offre premium à la française. Proposée lors d’un essai sur la très chic Côte d’Azur, cette DS 9 E-TENSE 250 Rivoli + , est-elle un salon français réussi ?

Effet statutaire garanti

Les berlines se font rares et surtout chez les constructeurs français, ces derniers privilégient maintenant les SUV qui viennent remplacer les berlines mais aussi les breaks et les monospaces dans la gamme d’un constructeur. Néanmoins, ce désamour des berlines ne concerne pas le monde entier et surtout pas les marchés asiatiques pour lesquels cette DS 9 est principalement destinée. D’ailleurs, elle est assemblée en Chine ce qui traduit la volonté pour le constructeur français d’y introduire fortement cette DS 9 et sa gamme sur le marché chinois, où les berlines statutaires ont le vent en poupe.

Ce que recherchent les Asiatiques dans ces berlines est un effet haut de gamme et statutaire. Cette DS 9 E-TENSE 250 dans sa finition Rivoli + en a tout l’apparat. Cette berline tri corps 4 portes reprend la forme la plus traditionnelle des berlines. Avec ses 4m93 de long et de 1m93 de large, elle se remarque dans la circulation. Le travail des optiques avec l’utilisation de leds attire le regard que ce soit à l’avant ou à l’arrière. Les chromes présents sur cette version Rivoli + donnent un côté chic à la DS 9.

Et bien sûr pour sa berline, le constructeur français a judicieusement introduit des éléments de style venant de la Citroen DS. Ainsi, des veilleuses positionnées sur le haut de la lunette arrière rappellent les feux comètes de la première DS, voiture qui a sauvé le général De Gaulle de la tentative d’attentat du Petit Clamart en 62. On peut aussi voir la bande de chrome guillochée qui court sur le capot avant comme une réinterprétation de la forme du capot de la voiture du premier président de la V ème République.

Évoquer un président de la République permet de vous expliquer pourquoi cette DS 9 pourtant en apparence très présidentiable n’a pas été choisie comme véhicule de l’Elysée. La raison est que cette DS 9, aussi chic soit elle, est fabriquée en Chine et ne colle pas avec la politique de mise en avant du Made in France. C’est pourquoi Emmanuel Macron roule en DS 7 Crossback.

Pour terminer sur le style de cette DS 9, elle intègre sur ses 4 portières des poignées de portes affleurantes qui sortent lorsqu’une main s’approche. Un bandeau sur la malle arrière ainsi que des sorties d’échappement intégrés et chromées et enfin des jantes 19 pouces « Versailles » qui se marient bien avec la peinture cristal pearl (nacrée) en option à 1 200€.

https://11eb14993a89474417343118e12a49e0.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-38/html/container.html

Salon français 

Dans cette finition haut de gamme Rivoli +, notre modèle d’essai se voit recouvert d’un cuir nappa dit « Opéra rubis » quasiment omniprésent, les habillages de portières, le volant, le tableau de bord, la console centrale et évidemment les sièges, tous sont en cuir (une option à 5 250€). Seul le ciel de toit est lui en alcantara. L’utilisation de ces matériaux flatteurs donne le sentiment d’être dans un salon où trône une horloge BRM sur le tableau de bord. Presque partout où les yeux se posent, les finitions sont réussies, jusqu’au bouton de démarrage, des commandes des fenêtres ou de changement des modes de conduites, tous sont travaillés.

Évidemment, certains très tatillons trouveront des éléments à la qualité en retrait par rapport à ceux énoncés précédemment mais rien d’alarmant. La commande qui dénote dans cet intérieur est celle du régulateur de vitesse récupérée d’autres modèles Stellantis, peut être que sur d’autres productions du groupe elle ne se remarque pas, mais sur cette DS 9 ce n’est pas le cas.

Le côté techno de ce salon DS 9 E-TENSE 250 est assuré par deux écrans, un premier sert de compteur numérique qui permet d’afficher la navigation, la gestion de l’énergie électrique restante… Et un écran central qui lui est le système infodivertissement qui sert à gérer tout un tas de fonctions et paramètres du véhicule. Il est évidemment compatible CarPlay et Android Auto. Son utilisation peut être accentuée par l’application MyDS sur votre smartphone qui permettra de faire le lien entre les deux appareils. Il est associé à un système hi-fi Focal à 14 haut-parleurs fidèle.

À L’arrière de cette DS 9, les passagers ne seront pas lésés, les sièges sont comme à l’avant massants, chauffants et ventilés dont les fonctions sont disposées sur l’accoudoir central. Les appuie-têtes sont doux et maintiennent bien, ce qui doit être pratique lors une sieste soudaine. La climatisation peut être gérée par l’arrière. Et même les grands s’y sentiront à l’aise grâce à son empattement long de 2m90.

L’intérieur de cette DS 9 pousse à tenir une conversation de salon, on s’imaginerait bien être à l’arrière et avoir une conversation avec un associé ou un ministre. Ou bien derrière le volant car cette DS 9 est une voiture qui se vit autant aux places arrière qu’à l’avant.

Un salon roulant ?

Quand on s’installe à bord de cette DS 9 Rivoli + le confort des sièges est agréable. Ils sont moelleux sans être trop lâche au niveau de leur maintien. La position de conduite est bonne et se trouve facilement grâce à un réglage du siège et du volant complet. Néanmoins, il faut une période d’adaptation à toutes les commandes de cette DS 9, un peu perdu entre ce qui se gère par un bouton physique ou par une action sur l’écran. Mieux vaut avoir tout réglé et appris avant de partir car sans avoir connaissance de la voiture, trouver une fonction en roulant n’est pas toujours facile.

Pour vous éviter ce désagrément, DS propose deux rendez-vous pour vous familiariser avec les commandes de votre voiture.

Au démarrage, cette DS 9 E-TENSE 250 se fait silencieuse car étant une hybride PHEV (rechargeable) elle démarre en tout électrique grâce à un moteur de 110 chevaux et d’une batterie de 15,6kWh. Un couple qui permettra à cette DS 9 E-TENSE 250 de parcourir jusqu’à 70km (WLTP) sans consommer une goutte d’essence.

Ce mode de conduite électrique est à l’aise en ville, lors de notre essai nous avons rapidement pris l’autoroute et nous avons sélectionné le mode hybride qui a pour objectif de tirer le meilleur de ce moteur électrique et du moteur essence 4 cylindres turbo. Grâce à cette union sous le capot, la DS 9 E-TENSE développe 250 chevaux et 360nm de couple. Ce qui permet de bien se déplacer cette berline d’un poids annoncé à 1850kg. Le 0 à 100km/h se fait en 8,1 secondes et une vitesse de pointe à 240km/h, si vous en voulez plus la DS 9 E-TENSE 4×4 360 est celle qu’il vous faut. La boite de vitesse automatique EAT 8 sait se faire discrète dans le changement des rapports, quand on lui demande un kickdown elle met un peu de temps avant de tomber les rapports.

Sur autoroute donc cette voiture se comporte remarquablement bien, elle est bien insonorisée, le régulateur de vitesse adaptatif et l’aide au maintien dans la voie du DS DRIVE PILOT facilitent la tâche. Ainsi, on se surprend à se détendre sur autoroute en écoutant un air de Chopin sur le système audio Focal, l’intérieur Opéra porte bien son nom.

En quittant le réseau autoroutier pour nous engager sur les sinueuses routes du Var et des Alpes Maritimes, nous avons sélectionné le mode confort. Avec ce mode, le véhicule lit les aspérités de la route pour anticiper les réactions de sa suspension pilotée afin de vous offrir le maximum de confort. Néanmoins malgré ce mode Activ Scan, le véhicule ne semble pas flotter au-dessus du bitume comme les anciennes Citroën à suspension hydropneumatique. L’amortissement pourrait être plus doux, dommage, mais elle reste très loin d’être inconfortable.

Toutefois si cette voiture se veut confortable, elle n’est pas molle. Le châssis et l’adhérence de la voiture ont été de bonnes surprises. La monte de pneus Michelin Pilot Sport 4 ST en 235/45/19 l’aide. Les réactions sont saines, elle ne sous-vire que quand on lui demande trop. Sa grande taille ne gêne pas sur les routes sinueuses et son empattement long assure une certaine stabilité. Cette DS 9 E-TENSE 250 n’a pas de vocation sportive mais son comportement est assez bon pour être noté.

À l’aise quand on hausse un peu le ton, elle n’a rien d’un bateau. Cette DS 9 E-TENSE 250 s’apprécie et invite à rouler calmement afin de reprendre votre conversation professionnelle et de profiter d’une direction douce, d’un confort satisfaisant et d’un bon système audio ainsi qu’une très bonne insonorisation. Un mot sur la consommation relevée durant l’essai alternant autoroute, routes sinueuses et petits embouteillages. Dans ces conditions et en utilisant les différents modes de conduite, elle nous aura demandé que 6,2l/100km. Il doit être possible de faire moins en usant plus du freinage régénératif et donc en utilisant plus d’énergie électrique, ainsi qu’en optimisant les différents modes de conduite.

Conclusion

Cette DS 9 E-TENSE 250 est une berline réussie pour ceux qui voudront traverser l’Europe très confortablement avec une faible consommation grace à son système hybride rechargeable. Une bonne solution de remplacement à un diesel pour les taxis, représentants et chefs d’entreprise. Un voiture pour personne étant sensible aux détails dans laquelle on retrouve le confort de son salon

La voiture française la plus haut de gamme se retrouve dans sa motorisation E-TENSE 250 à partir de 58 000€ en finition Performance Line + et à partir de 60 900€ en Rivoli + notre version d’essai.