LA RÉVOLUTION INTÉRIEURE DANS LA VOITURE ÉLECTRIQUE SELON VALEO

L’équipementier français profite de la montée en puissance du véhicule électrique pour repenser le confort thermique et adapter intelligemment la température, l’éclairage et même l’ambiance sonore. Des solutions qui commencent à apparaître sur le marché.

Lors de la présentation de son plan Move Up, en février dernier, Valeo a cité le confort thermique comme étant l’un des piliers de sa stratégie. Un aspect qui semble être passé inaperçu auprès des analystes et des médias.

Pourtant, il va de soi que la gestion de la température et du confort va prendre de plus en plus d’importance, avec la généralisation du véhicule électrique et connecté. L’équipementier parle même d’une révolution de l’habitacle, puisque son expertise en matière d’intelligence artificielle, acquise dans le domaine des aides à la conduite, va aussi s’appliquer à la surveillance du conducteur et des passagers.

C’est la promesse d’un cocon apaisant, passant du chaud au froid selon le profil de chacun, et exploitant toute la puissance de la Big Data, sans pour autant nuire au respect de la vie privée.

Le défi du confort thermique en électrique

Mais d’abord, il faut revenir aux fondamentaux du véhicule électrique, qui bouscule les habitudes. « Il n’y a plus la chaleur gratuite fournie par le moteur thermique, et le silence de fonctionnement rend plus perturbants les bruits issus de la climatisation. De plus, le chauffage peut faire perdre jusqu’à 40 % de l’autonomie en hiver », énonce en préambule Pascale Herman, directrice de l’innovation et du plan produit au sein du pôle systèmes thermiques de Valeo. L’approche a été de faire appel à une pompe à chaleur, qui divise par trois la consommation d’énergie et qui va se généraliser d’ici à 2030.

Ce système utilise un réfrigérant qui transforme l’énergie ambiante pour chauffer, refroidir ou désembuer efficacement l’habitacle du véhicule électrique. Et ce, avec un gain de 30 % sur l’autonomie l’hiver et 20 % en été.

Par ailleurs, l’équipementier a fait le choix des panneaux rayonnants, comme dans le bâtiment. La console centrale, le dessous de la planche de bord et les intérieurs de portes sont utilisés comme des radiateurs, afin de chauffer – et en silence – la partie basse du corps.

Une gestion intelligente

Ce qui fait la différence, c’est que Valeo se sert de ses caméras intérieures pour déterminer quels sont les besoins des occupants du véhicule.

Dès le démarrage, le système de bord va analyser combien de personnes se trouvent dans la voiture, en distinguant leur sexe et même leur âge », avance Pascale Herman. « On se sert de la reconnaissance faciale, voire d’une caméra thermique pour estimer le nombre de couches de vêtement et les besoins à satisfaire », poursuit-elle. Si les caméras ont été paramétrées pour scanner le profil – « sans stocker ni envoyer de données dans le cloud », précise l’experte de Valeo – il y a eu en amont un travail de préparation.

Valeo a collaboré avec l’Université de Liège, en Belgique (qui dispose d’un pôle de physiologie), et avec des médecins pour affiner ses algorithmes. Des tests ont eu lieu avec des capteurs sur une grande quantité d’usagers. Selon que l’on soit un homme ou une femme, le métabolisme est différent et on supporte plus ou moins bien les contraintes climatiques.

Fort de ces données le système est donc capable de savoir combien de watts il faut générer pour créer du chaud ou du froid. Le soft va alors proposer de monter ou baisser la température, en agissant sur la climatisation, les panneaux chauffants, les sièges et même le volant. La priorité sera de maintenir la vigilance du conducteur, avec une température plus fraîche.

Concilier confort et environnement

Credit Photo – Valeo

« Tout est lié à l’autonomie du véhicule électrique », insiste Pascale Herman.

Ainsi, l’ordinateur va se caler sur le système de guidage et le type de parcours (côtes, montagne) pour prédire les besoins et ajuster le confort thermique », explique-t-elle. À noter que le système demande l’avis du conducteur, qui doit confirmer ces propositions (un peu comme Waze quand il suggère un itinéraire alternatif). Et pour répondre aux souhaits de clients qui ont une grande conscience environnementale et souhaitent avant tout consommer moins, Valeo peut aller jusqu’aux limites de l’inconfort.

Là encore, les algorithmes vont se baser sur les données partagées avec des scientifiques. Grâce à la climatisation multi-zones, il est possible de proposer un confort à la carte. Valeo a en effet mis au point des solutions pour que ses caméras puissent analyser les profils d’occupants, par rangée et par siège, pour offrir une prestation individualisée. « Ce que nous visons, c’est le déploiement pour le plus grand nombre, pas que pour le segment du Premium », souligne notre experte.

Des premières briques sur le marché

Aux Etats-Unis, la réglementation impose aujourd’hui d’intégrer sur les véhicules neufs des capteurs de température corporelle, afin de ne plus oublier de bébés à l’intérieur. Valeo répond déjà cette contrainte sur le marché chez plusieurs constructeurs. Mais, l’équipementier a une approche plus globale.

L’objectif est d’agir sur tous les sens, en agissant sur la température, la lumière et même le son. Par exemple, si le conducteur est stressé (ce que le système peut déterminer en se basant sur les traits de son visage ou le ton de sa voix, capté par un micro), et que son inconfort vient de l’ambiance à bord du véhicule, l’ordinateur va tout mettre en œuvre pour y remédier. Il va diffuser des fragrances (à base d’huiles essentielles), activer des vagues de lumière et réchauffer ou rafraîchir l’habitacle. À ce stade, la détection de l’émotion va bientôt faire l’objet d’une première application chez un constructeur.

De même, Valeo annonce pour 2028 l’arrivée de ses algorithmes de confort thermique prédictif chez un grand constructeur européen généraliste. C’est la concrétisation de travaux menés depuis plusieurs années, et présentés jusqu’à présent sous la forme d’un démonstrateur roulant et d’un simulateur dans des événements tels que le CES de Las Vegas, Vivatech à Paris, ou encore le salon de l’auto de Shanghaï.

Objectif santé

« Chaque région du monde a ses priorités », relève Pascale Herman.

Par exemple, l’Europe met l’accent sur la basse consommation pour des enjeux d’autonomie, alors que les USA privilégient la sécurité et l’Asie plus l’émotion », indique-t-elle. Dans cette dernière partie du globe, on se soucie aussi de la qualité de l’air. C’est la raison pour laquelle Valeo propose des filtres d’habitacle à très haute efficacité (ils permettent d’éliminer 98 % des particules fines, et d’absorber près de 100 % des gaz nocifs) et des ioniseurs (qui jouent le même rôle que les purificateurs d’air pour la maison).

Covid oblige, l’équipementier français a aussi développé des filtres qui viennent piéger les virus, en association avec le centre d’infectiologie Virnext, sur le campus de Lyon. Ils intéressent les constructeurs asiatiques et depuis peu les européens. « La technologie doit apporter un plus, avec un double effet mécanique et chimique qui permet de piéger les particules », détaille Pascale Herman. « Nous continuons à travailler avec l’Université de Liège pour savoir comment apporter une réponse à bord à des maladies telles que la fièvre », poursuit-elle. « Nous pouvons aussi traiter le problème de la circulation sanguine, qui concerne plus particulièrement les femmes, en dirigeant par exemple le débit d’air frais sur les jambes et les chevilles », complète-t-elle.

Valeo envisage aussi d’utiliser des capteurs pour mesurer le rythme cardiaque et la respiration. « Pour autant, il ne s’agit pas de se substituer au médecin, mais d’intervenir plutôt comme un compagnon », souligne l’experte. L’équipementier se réserve tout le même la possibilité de demander la reprise des commandes par la voiture autonome si le conducteur présentait des signes de fatigue ou de défaillance.

En bref

Laurent Meillaud, le spécialiste high-tech d’Autonews, revient pour vous sur les innovations que Valeo a présenté l’hiver dernier pour améliorer la vie des occupants des voitures électriques ainsi que les innovations à venir à plus ou moins long terme.