Nissan : une 2de vague du Covid-19 à haut risque pour le cash

Vive inquiétude chez Nissan en terme de liquidités. Son PDG, Makoto Uchida a affirmé en fin de semaine que la situation de trésorerie du constructeur était difficile. Considérant même qu’on n’est jamais trop prudent, il a déclaré que le groupe japonais devait surveiller ses liquidités, compte-tenu du risque que ne survienne une deuxième vague du coronavirus.

Une « prudence » qui pourrait tout de même signifier que le patron du groupe japonais redoute qu’une nouvelle flambée de la pandémie ne sonne définitivement le glas du constructeur. Ce dernier s’estimant d’ores et déjà dans une telle situation précaire  qu’il se sait incapable de se relever des conséquences économiques que pourrait engendrer une seconde vague.

La trésorerie de Nissan dans une situation difficile selon Uchida

La situation de trésorerie de Nissan Motor est « difficile », la crise du coronavirus ayant engendré une chute abyssale de la vente des véhicules affirme ainsi Makoto Uchida.

« Avec la situation du coronavirus, notre liquidité est assez difficile », a ainsi déclaré le patron du constructeur à Reuters dans un entretien vidéo faisant suite à l’annonce du constructeur automobile sur son plan de sauvegarde.

Une deuxième vague du coronavirus pourra aggraver la santé financière de Nissan déjà très fragile

Fort de ce constat, le patron du constructeur estime que Nissan doit être vigilant dans les prochains mois, une deuxième vague d’infections de Covid-19 pourrait en effet aggraver les problèmes de liquidité.

Makoto Uchida considère à cet égard tabler sur une amélioration de la situation sanitaire à partir du troisième trimestre. Ajoutant toutefois : « nous devons surveiller attentivement » l’évolution de la pandémie, étant donné
le risque que ne survienne un deuxième vague, risque ‘que nous ne pouvons pas prévoir. »

Notre avis!

La situation est grave. Makoto Uchida laisse ainsi entendre à demi mots que Nissan pourrait ne pas être en mesure de se relever d’un deuxième assaut de la pandémie, étant donné toutes les conséquences économiques et financières que cela induirait. Le constructeur s’avère être en un dangereux et fragile équilibre …. qu’un nouveau coup dur pourrait définitivement rompre ….