PORSCHE CAYENNE III RESTYLÉ (2023) : UNE MISE À JOUR EN GUISE DE TRANSITION

Le Porsche Cayenne, modèle devenu incontournable pour le constructeur de Stuttgart, ayant introduit l’hybridation comme le diesel à son catalogue au fil des générations, passera à l’électrique pour la quatrième mais se met à jour avant cela, avec un restylage approfondi de la troisième mouture.

Cinq portes, un grand coffre pour quatre à cinq personnes, une carrosserie haute, le Cayenne a bouleversé les codes de son constructeur en 2002. Côté motorisations également, avec l’introduction d’un diesel sur la seconde phase de la première génération, un hybride sur la deuxième génération, une évolution rechargeable de cette version électrifiée après son restylage, alors que le passage au tout électrique du SUV Porsche s’annonce pour 2026-2027 avec la sortie de la quatrième génération. Comme pour le plus petit Macan, cela va entraîner la coexistence dans la gamme entre le futur Cayenne électrique et l’actuel Cayenne thermique, pour ceux qui ne seraient pas prêts à sauter le pas de la voiture sur batterie. Sorti en 2018, ce dernier fourbit ses armes pour durer avec un restylage 2023 en profondeur, notamment en termes de présentation intérieure.

Nombreuses retouches sans bouleversement

Credit Photo – Porsche

Plusieurs modifications touchent la carrosserie mais ne métamorphosent pas le Cayenne. La continuité avec la première phase de cette troisième génération est évidente. Dans le détail, la plupart des éléments extérieurs ont pourtant été revus. Le bouclier avant adopte une grille aux contours plus nets, rectiligne, quand le précédent préférait des ouvertures latérales plus imposantes. Le capot prend un peu de relief et les ailes s’élargissent discrètement. Le bouclier arrière intègre maintenant la plaque d’immatriculation, déchargeant de cette tâche le hayon, plus lisse. Les feux en profitent pour effacer tout décrochage au niveau du bandeau noir, qui n’est plus sous verre. L’éclairage et l’inscription de la marque apparaissent donc désormais en relief avec une signature se rattachant dans l’esprit à celle de la 911 actuelle (Type 992).

Plein phare sur les optiques « haute résolution »

Moins triangulaires, les phares avant constituent l’un des éléments les plus différenciants. En série, la technologie full LED matricielle assure un éclairage précis et performant mais en option, il est possible de pousser le principe encore plus loin.

Avec sa technologie « HD Matrix LED », sur le principe de fonctionnement des phares matriciels classiques, Porsche se rapproche du rendu que l’on peut obtenir avec l’éclairage « Digital » qu’Audi propose par exemple dans le groupe. Ici, il n’y a pas de système de miroirs à plusieurs millions de facettes électro-commandées et il n’est donc pas possible d’afficher un dessin lumineux sur la route ou un mur.

En revanche, grâce à des blocs de la taille d’un timbre constitués de plus de 16 000 micro-LED actionnables indépendamment les unes des autres par le processeur intégré, il est possible de masquer avec précision une part de l’éclairage sur n’importe quelle portion de la route pour éviter l’éblouissement. Mais aussi, grâce à une intensité variable sur 1 024 niveaux et une intensité lumineuse maximale importante (supérieure à 1 400 lumens), une mise en surbrillance de certaines parties de la chaussée permet de mettre sa voie de circulation en évidence, quelle que soit la position du véhicule à l’intérieur de celle-ci. En zone de travaux, l’éclairage projette automatiquement la largeur du véhicule pour aider le conducteur à se positionner correctement. Chaque optique possède deux de ces blocs, pour 32 768 micro-LED par phare, dont les faisceaux sont grossis par des successions de lentilles placées devant.

Ces phares « HD Matrix LED » se reconnaissent à leur disposition à quatre lentilles, celles du haut étant associées à une technologie plus conventionnelle pour l’éclairage permanent et les feux de route, dont la portée peut atteindre plus de 600 mètres.

Par comparaison, les phares matriciels de série concentrent leur technologie d’éclairage adaptatif sous une lentille centrale dotée de « seulement » 84 LED par phare. Un système éprouvé et déjà probant à l’usage.

Le plein de numérique

Credit Photo – Porsche

Les changements intérieurs s’observent plus aisément. C’est ici que la transition vers l’électrique s’introduit peu à peu. La filiation avec le Taycan, pour l’heure seul modèle 100 % électrique signé Porsche, se retrouve au niveau des multiples afficheurs à bord. Le compte-tours analogique au centre de l’instrumentation disparaît maintenant totalement. Un écran incurvé de 12,6 pouces remplace le tout comme sur le « coupé quatre portes » électrique. L’écran central de 12,3 pouces peut être complété en option par un écran passager de 10,9 pouces, aligné au premier, tactile lui aussi et doté d’un filtre de confidentialité empêchant le conducteur de percevoir ce qu’il affiche. La planche de bord est, sur ce point encore, plus proche de celle du Taycan.

On n’y trouve cependant pas l’écran vertical tactile de commande sur la console centrale. Une platine à touches sensitives enrichies de sélecteurs physiques a été préférée pour contrôler la climatisation. Cela est rendu possible par le retrait du levier de boîte de vitesses. Un simple sélecteur incrusté sur la planche de bord le remplace entre le volant et l’écran central. Tout comme pour le compte-tours numérique, le lien entre le conducteur et la mécanique s’efface ainsi une nouvelle fois encore un peu plus. Les changements de rapports en mode manuel ne pourront plus s’effectuer qu’au moyen des palettes au volant. Ce qui ne sera plus du tout possible avec l’arrivée du Cayenne électrique.

Les derniers ajustements esthétiques s’opèrent au niveau des bouches de ventilation et du volant, reprenant le nouveau dessin du reste de la gamme. Des rangements supplémentaires profitent de la nouvelle disposition du levier de vitesses.

Rehaussement mécanique

Credit Photo – Porsche

Les motorisations les plus puissantes du Cayenne ne sont pas encore disponibles sur cette version restylée mais les versions déjà présentes revoient leurs caractéristiques à la hausse. Le modèle de base voit son V6 3.0 turbo passer de 340 ch à 353 ch avec 50 Nm de couple additionnels (500 Nm).

Le Cayenne S fait plus fort, puisqu’il troque son V6 pour un V8 4.0 bi-turbo de 474 ch. Les gains restent néanmoins limités, avec 34 chevaux et 50 Nm de plus (600 Nm).

La troisième et dernière version proposée pour le moment, le Cayenne E-Hybrid, passe de 462 ch à 470 ch en cumulé, avec une quarantaine de chevaux de plus sur le bloc électrique, pointant désormais à 176 ch. La batterie embarquée accroît considérablement sa capacité, passant de 17,9 kWh à 25,9 kWh. L’autonomie annoncée en tout électrique s’établit à 90 km selon le cycle mixte WLTP. La recharge peut en parallèle raccourcir son délai d’attente grâce à son chargeur embarqué de 11 kW contre 7,2 kW maximum auparavant, à condition de se brancher sur une borne de puissance suffisante. Le temps minimal pour charge complète serait alors de 2h30.

Le châssis accompagne ces nouveautés des suspensions pilotées adaptatives en série, avec de nouveaux ressorts à réglage différencié de la compression et de la détente. Cela dans le but d’améliorer le compromis entre confort et tenue de caisse. Les réglages des différents modes de conduite sont voulus plus distincts entre eux tandis que la suspension pneumatique en option se dote de deux chambres et entend accentuer les gains en confort, efficacité sur route et en tout-terrain.

Les prix en hausse, dès 91 350 €

Credit Photo – Porsche

La nouveauté se monnaye plus cher chez Porsche. Le premier prix augmente d’environ 6 000 € et s’affiche à 91 350 €. Les investissements dans les mises à jour extérieures et intérieures, l’ajout de nouveaux équipements en série, comme la suspension pilotée, les phares matriciels ou encore l’aide au stationnement avant et arrière intégrant la caméra de recul, tout comme le nouveau nuancier ajoutant trois teintes de carrosserie au choix, expliquent en partie cette hausse.

Le Cayenne S débute à 109 933 € mais le jeu du malus auquel ces deux versions sont soumises (45 675 € minimum pour le Cayenne et 50 000 € pour le Cayenne S), place la véritable entrée de gamme à 105 712 € avec le Cayenne E-Hybrid, dispensé de la sévère taxe.

Le Porsche Cayenne restylé se décline toujours en « Coupé », proposé à partir de 95 430 € hors malus et 108 712 € pour le Cayenne E-Hybrid Coupé.