Porsche dévoile la nouvelle 911 Targa

L’appellation Targa, déposée par Porsche, remonte à 1965 et devance de 17 années le cabriolet, apparu en 1982, dans la branche « découverte » de la famille 911. C’est donc par le biais de cette carrosserie atypique, mi-coupé mi-cabriolet, que les premiers adorateurs de la sportive allemande ont pu la découvrir chevaux aux vent. La dernière mouture débarque juste avant l’été pour décoiffer.

Tradition et modernité

Après le coupé et le cabriolet, la dernière génération de la Porsche 911 Type 992 bénéficie donc de sa version Targa, ressuscitée par la précédent modèle en 2014. La Targa 992 soigne ses classiques et flatte la fibre nostalgique en arborant un arceau en aluminium large et massif, une lunette arrière enveloppante et un toit recouvert de toile rouge. Les ingrédients iconiques sont bien là. La modernité cependant permet, via un système électrique activable par bouton ou télécommande, de refermer le tout en seulement 19 secondes, via une belle cinématique – et prouesse d’ingénierie – qui ne peut cependant s’opérer qu’à l’arrêt.

385 ou 450 chevaux

La Targa se décline dans les version 4 et 4S, chacune disposant du dernier six cylindres 3 litres biturbo, mais avec deux configurations de puissance. Délivrant 385 chevaux (+15) et 450 Nm dès 1950 trs/min, la Targa 4, en combinaison avec le groupe Sport Chrono optionnel, accélère de 0 à 100 km/h en seulement 4,2 secondes, soit un dixième plus rapide qu’auparavant et atteint 289 Km/h en vitesse de pointe.La Targa 4S bénéficie d’un moteur boosté à 450 chevaux (+30) et 530 Nm de couple à 2300 trs/min, qui  lui permet d’abattre le 0 à 100 km/h en seulement 3,6 secondes dans les mêmes conditions, soit quatre dixièmes plus vite que son prédécesseur et de filer jusqu’à 304 Km/h sur l’Autobahn.

Un châssis drivé par la technologie embarquée

La vocation « grand tourisme » de la Targa lui confère comme tâche d’être confortable et facile à prendre en mains, en offrant au conducteur tout l’attirail nécessaire pour dompter cette sportive sans souci. Technologie et efficacité sont les deux maîtres mots : Les deux Targa reçoivent la boîte de vitesses à double embrayage (PDK) à huit rapports et, d’office, une transmission intégrale accompagnée du Porsche Traction Management (PTM) de série. On peut y ajouter le système Porsche InnoDrive avec régulateur de vitesse adaptatif, une garde au sol programmable via Smartlift ainsi que le mod « Wet » qui adapte le véhicule aux conditions glissantes. Le système d’amortissement variable à commande électronique PASM (Porsche Active Suspension Management) fait aussi partie de l’équipement standard.

Les spécificités de la 4S

Par contre, la 911 Targa 4S a droit évidemment à des petits bonus : le Porsche Torque Vectoring Plus (PTV Plus), qui comprend un blocage de différentiel arrière électronique avec une distribution de couple entièrement variable, est en dotation standard alors qu’il est en option sur la Targa 4. En option aussi, la 4S peut se doter des freins céramique, des barre anti-roulis actives et des roues arrière directrices. Surtout, la 4Speut être commandée avec la nouvelle boîte manuelle à sept rapports. Les montes de pneus et les étriers de freins sont aussi légèrement plus costauds sur la 4S.

Côté look, l’air de famille 992 se retrouve évidemment dans les optiques à LED, le capot nervuré, les larges passages de roues et le bandeau lumineux arrière.

Notre avis, par leblogauto.com

Que ceux qui espéraient frimer avec le retour des beaux jours soient rassurés, les premières livraisons sont prévues pour cet été. Le tarif débute à 130 655 euros pour la Targa 4 tandis que la 4S réclame 15 600 euros de plus. On s’aligne ainsi sur les tarifs du cabriolet. Dilemne pour les Porschistes entre le cabrio et le Targa ! Porsche soigne son héritage et peaufine encore et toujours sa valeur sûre.



Images : Porsche