Scandale des airbags Takata : une nouvelle marque concernée

L’affaire des C3 et DS 3 rappelées pour un défaut d’airbag a remis sur le devant de la scène l’entreprise Takata à qui l’on doit cet équipement défectueux. La preuve, après Citroën, un autre constructeur vient de lancer une campagne de rappel.

On pensait cette histoire définitivement enterrée depuis longtemps, le rappel géant de Citroën et son message alarmant invitant les propriétaires des C3 et DS 3 concernées à cesser d’utiliser “immédiatement” leur véhicule a visiblement rouvert la boîte de Pandore. Outre la marque aux Chevrons et son pendant premium DS, certains modèles Seat seraient également équipés des fameux airbags Takata doté d’un procédé chimique instable. Selon les informations de l’UFC Que Choisir, le constructeur espagnol aurait lancé une campagne de rappel en date du 22 avril. Certains propriétaires auraient déjà reçu un courrier recommandé. Voici ce qu’il faut retenir.

Des véhicules commercialisés entre 2009 et 2017

Le courrier en question que les membres de l’association sont parvenus à se procurer n’est pas aussi inquiétant que celui de Citroën. Si “la remise en état de l’airbag frontal conducteur” du véhicule “est impératif”, Seat ne demande pas aux propriétaires des véhicules concernés d’arrêter de conduire leur voiture sur-le-champ.

Quels sont-ils justement ? La marque ne donne pas plus de détails. Tout au plus a-t-elle jugé bon de préciser sur son site que “ces airbags ont été installés sur des véhicules vendus en France entre 2009 et 2017”. D’après l’UFC Que Choisir, il s’agirait des Leon et Toledo produites entre 2013 et 2015​​​​​​​, des monospaces Altea et Altea Freetrack datant de 2009 à 2017 et du SUV familial Tarraco​​​​​​​, en l’occurrence les exemplaires produits entre le 24 janvier 2019 et le 25 février 2020. Toute la gamme ne serait donc pas concernée. L’Ibiza, grande préférée des acheteurs français, serait épargnée.

Sur la page des campagnes de rappel du constructeur, vous pouvez savoir si la Seat Leon, Altea ou le Tarraco que vous possédez est l’un des modèles rappelés en saisissant son numéro de série dans un formulaire numérique mis à votre disposition.   

Un grand nombre de marques concernées par ce problème

Seat, Citroën et DS viennent s’ajouter à une liste déjà longue de constructeurs ayant mené des actions similaires que l’UFC a détaillée pour nous. En mars 2024, BMW a “fait revenir plus de 20 000 modèles de Série 1, Série 3 et X3 en France”. Ford et Honda ont fait de même en 2019, Audi, Mazda et Toyota jusqu’en 2020 ainsi que Land Rover, Skoda et Volkswagen en 2023. “Au total, ce sont a minima 15 marques qui sont concernées pour plus d’une centaine de modèles de voitures”. 

Pour rappel, le procédé chimique évoqué en introduction s’appelle le propergol et est utilisé pour propulser l’airbag en cas d’accident. Particulièrement sensible à la chaleur et à l’humidité, il est capable de provoquer l’explosion du coussin gonflant. Et dans ce cas, des résidus peuvent blesser mortellement le conducteur du véhicule. Une dizaine de morts ont été recensés à travers le monde depuis 2014. Et il pourrait s’ajouter aux décès déjà connus .

Pour résumer

L’affaire des C3 et DS 3 rappelées pour un défaut d’airbag a remis sur le devant de la scène l’entreprise Takata à qui l’on doit cet équipement défectueux. La preuve, après Citroën, un autre constructeur vient de lancer une campagne de rappel.